Pages Menu
Categories Menu

Posted by on Oct 1, 2012 in Gestion | 0 comments

Emploi, le facteur âge peut-il être un atout?

Un de mes articles (Emploi, le handicap de l’âge peut-il être un atout?) se retrouve sur le site www.portail-travail.ch (en Suisse). C’est la 3e fois que je collabore avec eux et j’en suis fier! L’article est disponible ici http://www.portail-travail.ch/news/view/recherche-demploi,-le-handicap-de-lage-peut-il-etre-un-atout-actualite-196.html

Emploi, le handicap de l’âge peut-il être un atout?

«Pour réussir à trouver un travail intéressant quand vous avez la cinquantaine, vous devez savoir qui vous êtes, ce que vous valez et ce que vous avez à offrir», précise Lise Simard, conseillère d’orientation au Centre d’intervention des Basses-Laurentides. Dans les programmes de formation conçus pour les personnes de 50 ans et plus à la recherche d’un emploi, cette experte procède à une «remise en forme» de l’estime de soi.

Synthèse des résultats du sondage « Âge et employabilité, perception et réalité » mené auprès d’employeurs et d’employés en Suisse en téléchargement libre au bas de l’article, ainsi qu’un lien vers des témoignages et commentaires intéressants à ce sujet.

« Les chercheurs d’emploi plus âgés doivent miser sur ce qu’ils ont à offrir aux futurs employeurs plutôt que de le cacher, affirme Tamryn Hennessy, directrice nationale du perfectionnement professionnel au Rasmussen College . Leur curriculum vitæ ou leurs entrevues peuvent mettre en valeur l’expérience professionnelle, bénévole, domestique et familiale de toute une vie, un avantage dont les jeunes ne peuvent tout simplement pas profiter.

Voici trois points à mettre en pratique pour faire bon usage de toute cette expérience:

 1. Se concentrer sur le travail

Si vous vous concentrez sur ce qui fait de vous le meilleur candidat pour le poste convoité, votre âge pourrait ne même pas être un facteur à considérer. « Ne vous mettez jamais sur la défensive à cause de votre âge, et évitez même d’y penser. Concentrez-vous plutôt sur qui vous êtes et de quelle manière votre offre peut satisfaire les objectifs stratégiques de l’entreprise », recommande Martha Finney, conseillère en embauche et en gestion de carrière et co-auteure de Unlock the Hidden Job Market.

Tamryn Hennessy, quant à elle, suggère de présenter dès le départ les qualités requises que vous possédez en vous servant des verbes d’action utilisés dans l’offre d’emploi (comme « analyser », « concevoir », « examiner »). « Orientez votre présentation sur vos expériences passées, y compris celles que vous avez vécues en dehors de votre milieu professionnel, en tant que bénévole ou dans le cadre de vos obligations familiales et dans lesquelles vous avez accompli ces actions, et n’oubliez pas de toujours donner des données quantifiables. »

2. Faites confiance au passé

Lavie Margolin, auteure de Lion Cub Job Search: Practical Job Search Assistance for Practical Job Seekers, conseille aux chercheurs d’emploi plus vieux de considérer leur âge comme une force.« Contrairement à un jeune diplômé universitaire qui n’a que son potentiel à offrir, le travailleur mature peut illustrer ses réalisations professionnelles par des résultats concrets. »

Mettez votre expérience de vie en valeur en tirant des exemples correspondant aux qualités recherchées par les employeurs, notamment :

·         La capacité à respecter les délais;

·         La loyauté envers une entreprise, un secteur ou une cause;

·         La flexibilité et l’adaptabilité;

·         Des aptitudes pour la résolution de problèmes;

·         Une solide éthique professionnelle;

·         Un sens du leadership;

·         Le sens du travail d’équipe.

Inspirez-vous de vos anciennes évaluations de rendement. Vous y trouverez des exemples concrets et les bons mots de vos anciens supérieurs, que vous pourrez utiliser pour ajouter de la crédibilité à votre demande d’emploi ou à votre entrevue (p. ex., « Lorsque je travaillais pour X, mon superviseur immédiat avait noté dans mon évaluation que la recherche approfondie que j’avais effectuée sur les trois principaux concurrents de l’entreprise avait joué un rôle clé dans le choix de la date du lancement de notre nouveau produit. »).

3. Ayez aussi confiance en l’avenir

Si les nouvelles technologies ou méthodes de travail minent votre confiance, mettez-vous à niveau. Vous montrerez ainsi votre désir d’évoluer, un atout considérable lorsque les employeurs craignent que les candidats plus âgés soient réticents à se renouveler.

La loi interdit la discrimination en fonction de l’âge, mais de nombreux chercheurs d’emploi en sont victimes de manière plus ou moins subtile. Si l’on émet des préoccupations à propos de votre âge, ramenez poliment la conversation sur vos aptitudes. Vous pouvez aussi montrer à quel point vous êtes bien et heureux. « Parlez de la chance que vous avez d’en être à cette étape de votre vie, qui vous impose moins d’obligations familiales et vous permet d’être d’autant plus dévoué et fiable », suggère Tamryn Hennessy. Lavie Margolin renchérit : « Les travailleurs les plus jeunes ne savent pas toujours exactement ce qu’ils attendent de leur carrière. Un travailleur plus âgé connaît mieux ses champs d’intérêt et sait comment se positionner sur le marché. »

Encore faut-il que l’âge soit le vrai problème… « Ne supposez pas que vous augmenterez vos chances de trouver du travail en postulant des emplois en deçà de votre expérience, prévient Martha Finney. Être surqualifié ne veut pas nécessairement dire être trop vieux. Les recruteurs cherchent des candidats dont le niveau de compétences correspond au poste à pourvoir. En cas de rejets répétés, haussez les standards au lieu de les abaisser. Postulez uniquement les emplois qui correspondent vraiment à vos compétences et à votre expérience. »

Enfin, rappelez-vous que les employeurs cherchent aussi des gens aimables et compétents qui cadrent avec la culture de l’entreprise. Traitez les interviewers comme vos pairs et échangez avec eux avec calme et confiance : vous n’en retirerez que du bon! (Par Beth Braccio Hering, collaboratrice spéciale de CareerBuilder. www.careerbuilder.ca )

Changer d’emploi à 50 ans: un défi surmontable 
«Pour réussir à trouver un travail intéressant quand vous avez la cinquantaine, vous devez savoir qui vous êtes, ce que vous valez et ce que vous avez à offrir», précise Lise Simard, conseillère d’orientation au Centre d’intervention des Basses-Laurentides. Dans les programmes de formation conçus pour les personnes de 50 ans et plus à la recherche d’un emploi, cette experte procède à une «remise en forme» de l’estime de soi. «Nous partons du principe que vous êtes bon et qu’il y a de la place pour vous sur le marché du travail», indique la conseillère. Sans cette confiance en soi, la recherche d’un poste est minée d’avance. «Si le chercheur d’emploi pense que son âge l’empêchera de décrocher un emploi, ce sera effectivement le cas.» Lise Simard sait de quoi elle parle. De 80 % à 85 % des personnes qui suivent sa formation dénichent généralement du travail. Ses méthodes novatrices et son engagement lui ont mérité, en 2006, le prix professionnel – secteur orientation décerné par l’ordre des conseillers d’orientation et des psychoéducateurs du Québec.
Extrait de la revue le Bel âge www.lebelage.ca

Si un employeur est totalement fermé, vous ne pourrez probablement pas le faire changer d’idée, mais dites vous que vous méritez un poste réponds à vos aspirations. Le pessimisme n’est pas une option!

Source : Eric Lamirande, MIRANDA Conseils www.mirandaconseils.comLe Magazine branché sur l’humain

Plus de 50 commentaires et témoignages intéressants sur le sujet dans un échange ICI

Résultats du sondage
Document Description Source
Âge et Employabilité, perception ou réalité
Synthèse des résultats du sondage auprès de  428 entreprises et 269 cadres en Suisse Von Rohr &Ass./ Muehlenhoff&Part./ Maderni&Ass.

Eric Lamirande

www.groupedde.com

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *